Tout ce qui n'est pas donné ou partagé est perdu (proverbe gitan)

Tout ce qui n'est pas donné ou partagé est perdu (proverbe gitan)
Ici c'est le printemps toute l'année !!!

jeudi 3 février 2011

Leçon de séduction n° 17




Fuyez les radins.
Rassurez-vous, ils sont facilement repérables !
Ils ne vous offrent ni un repas au restaurant dont le menu est pourtant à 9.50 €, plat principal dessert boisson et café compris, ni même un verre à la terrasse de votre bar préféré, encore moins le moindre petit présent pour Noël, ou encore la plus petite marguerite pour la Saint-Valentin.
Ce sont en général les mêmes qui ne vous donnent pas trop de leurs temps et auprès de qui il faut quémander pour obtenir un bisou de rien du tout, si toutefois vous avez eu la chance d'avoir été suffisamment convaincant(e).
Misère !
Oui, misère !!!
Misère du cœur, évidemment, car quelqu'un de généreux l'est en toute circonstance, y compris, voire surtout, en amour.
Alors, si vous débordez d'élans envers l'autre qui est aussi chaleureux et accueillant qu'une porte de prison, faites le un temps si ce désir est vraiment irrépressible, mais après une période que vous aurez estimé suffisamment longue, un conseil d'amie, barrez vous en courant !!!
L'amour, de toute évidence, doit être partagé sans avoir à compter toutes les fois où votre relation manquait sérieusement d'équilibre.
Vraiment, c'est beaucoup trop casse gueule !!!






Mathilde Primavera.

13 commentaires:

  1. Je cours tellement vite que j'en perds ma monnaie... fuyons, fuyons !!! tu as raison encore

    RépondreSupprimer
  2. Il lui a dit: il pleut, partage mon parapluie.
    Ils sont allés, bras dessus, bras dessous
    à moitié nus, se réchauffant en riant
    jusqu'au métro Plaisir.

    RépondreSupprimer
  3. Il y a aussi le site ... http://www.radins.com/
    J'ai sélectionné juste une astuce
    http://www.radins.com/conseils/se-laver-les-dents-economisant-eau_6557.html ...
    Et puis
    Je me rappelle ce que dit Molière dans l'avare «Il faut manger pour vivre et non pas vivre pour manger»
    ET j'ai écris

    Chronologie d'une langueur annoncée

    Ah la langue !
    Je me rappelle
    De ma première pelle
    Maladroite
    De gauche à droite
    Je la tournais sans savoir où j'allais
    Avec mon chewin-gum au goût de lait

    Ah la langue !
    Délice et supplice
    Plaisir d'assouvir le meilleur des caprices
    Pâteuses papilles dégustatives formées de cellules spécialisées dans la saveur
    Réceptrices captant mes stimulations sans peur
    Transmission à mon cerveau des signaux correspondants à ma ferveur
    Couleur rosée à la texture souple et humide quel bonheur

    Ah la langue !
    Palais du souvenir de mes tendres sulfureuses
    Sucré salé exotique de lèvres pulpeuses ou finement harmonieuses
    Acide de leurs peaux après l'acte authentique
    Aigre de leurs papillons délivrés et offerts avec éthique
    Amer lendemain sans amertume caustique
    Le goût universel du risque vers ses saveurs mélancoliques

    Ah la langue !
    Epithélium tissus de mes mensonges
    Bourgeons cellulaires de mes songes
    Le grignotage de fibre diurne
    M'amène à mon délit nocturne
    Quoiqu'il en soit elle reste ma péninsule infatigable
    Le prélude de l'avant-goût invariable

    Ah la langue !
    Je me rappelle
    De ma dernière pelle
    Adroite
    De gauche à droite
    Je la tournais sachant où j'allais
    Avec mon calice au goût de stérilet

    Le goût "Ce que l'on voit est toujours décevant. Il faut croire à ce que l'on mange."

    Biz.
    James Px.

    RépondreSupprimer
  4. Michelaise : je ne sais pas si j'ai raison, mais c'est en tout cas ce que je pense et que tu partages avec moi !!!
    Ton commentaire est très drôle !!! (ah tu as vu, je suis passée au tutoiement enfin, je vais bien y arriver à te tutoyer, mais oui !!!)

    RépondreSupprimer
  5. Week end et coup de brosse : ah, notre amie Michelaise ne manque pas d'humour, c'est certain, j'adore !!!
    Et vous, c'est un plaisir de vous retrouver encore là !!!

    RépondreSupprimer
  6. Adrian Laroque : quand je pense que vous comprenez le français aussi bien que moi alors que je parle anglais comme une vache espagnole, je suis bleu banane !!!
    Ravie que cette publication vous plaise !!!

    RépondreSupprimer
  7. Jeandler : vous ne seriez pas un peu poète vous des fois ? Mais oui et ça tout le monde le sait d'ailleurs !!!
    Métro "plaisir", fallait la trouver celle là !!!

    RépondreSupprimer
  8. James : quel excellent rebondissement, un régal !!! J'ai, aussi, beaucoup ri !!!

    RépondreSupprimer
  9. Tu as parfaitement raison.
    Les radins sont aussi des radins du coeur.

    RépondreSupprimer