Tout ce qui n'est pas donné ou partagé est perdu (proverbe gitan)

Tout ce qui n'est pas donné ou partagé est perdu (proverbe gitan)
Ici c'est le printemps toute l'année !!!

jeudi 10 décembre 2009

Saluer le soleil


























Le soleil, principal régisseur des travailleurs au Moyen-Âge, était là pour ponctuer leur emploi du temps changeant au fil des saisons.
Les saisons, parlons-en justement !
Lorsque pendant l'été du haut de ses degrés pouvant gravir des sommets insoupçonnés jusqu'alors, des hordes de touristes au teint clair exposent leurs chairs assoiffées de chaleur comme si leurs vies en dépendaient, tandis-que paradoxalement ils risquent une insolation, une sale maladie et une hydrocution lors d'une baignade un peu hâtive, je reste perplexe devant tant d'insouciance humaine, même après leur passage à la caisse pour une note fortement exagérée concernant des produits solaires.
Les industriels de la cosmétique et de la pharmacologie doivent se frotter les mains devant une telle trouvaille pour apaiser les consciences de certains, tout en remplissant les coffres de quelques spéculateurs au nom de la santé publique.
C'est d'autant plus "drôle" que les rayons cuisants filent des tâches brunes, des coups de soleil, de profondes rides et au mieux dessèchent complètement la peau, obligeant les mêmes consommateurs à se ruiner à nouveau en produits pour hydrater et réparer des dégâts qu'ils se sont eux-mêmes affligés.
S'il est bon de lézarder au soleil quelques temps sans exagération et à des heures raisonnables, il semblerait tout de même que les concours de bronzage soient toujours d'actualité à ma grande stupéfaction.
Je rêve d'un retour de la mode au teint pâle faisant réapparaitre de magnifiques chapeaux avec leurs voilettes et leurs rubans assortis et des ombrelles aux divers tissus précieux bordées de fines dentelles.
Je suis certaine qu'un tel investissement pour célébrer à nouveau le raffinement, ne couterait pas plus cher que tous ces produits solaires qui ne se conservent pas d'une année sur l'autre et dont la gamme dans sa totalité peut remplir à elle seule une valise entière, donc, comptez aussi avec le supplément de bagage.
Mais, cette lumière éclatante dont Avignon bénéficie 300 jours par an, fut également considérée comme une divinité à honorer avec des rituels sacrés par de nombreuses civilisations comme celles des Égyptiens, des Hindous, des Amérindiens, des Mayas, des Aztèques, des Incas, des Hébreux, des Phéniciens et des Orientaux.
Dans la Genèse, elle désigne la révélation et la doctrine.
Le soleil est également un des symboles principaux de la Franc-Maçonnerie représentant l'intelligence et la connaissance recherchée par tout candidat à l'initiation.
Représenté sur la 19ème lame du tarot de Marseille, il signifie la réussite dans tous les domaines et surtout dans l'amour dont la représentation de cette carte peut être illustrée par l'alliance de l'homme et la femme.
Pour finir, je conseillerais à tous les amateurs de bien-être d'essayer la salutation au soleil, un enchainement assez facile en hatha yoga et qui est une véritable bénédiction pour le corps et l'esprit.
Mais, même sans bouger le petit doigt, qui pourrait en douter ?


Mathilde Primavera.

13 commentaires:

  1. merveilleux que tant de sages donnent raison à mon instinct - mais je pousse cela un peu loin et je suis une vraie grenouille passant de la déprime la plus profonde, du noir absolu, tétanique à une béatitude sereine en fonction de lui (même quand je ne le vois pas mais que je sens qu'il est derrière les murs

    RépondreSupprimer
  2. Simplement une grenouille extra sensible aux variations solaires qui sait se transformer en princesse quand elle veut. Vous êtes juste en lien direct avec l'environnement naturel et il faut l'accepter comme un cadeau à cultiver. En plus d'être une grenouille, une princesse, seriez-vous aussi une fleur exotique dont il faut prendre grand soin ? J'en suis convaincue.

    RépondreSupprimer
  3. Héliophile Mathilde. Ta paradoxale attitude à propos du soleil et de ton désir la délicate et surannée blanche carnation me ravit ! Tu es trop belle ! En même temps, c'est avec un certain effroi que je m'imagine, contrainte -fût ce par la mode que d'une façon générale je laisse bravement de côté- à me parer de dentelles et me coiffer d'une capeline !

    J'aime aussi le soleil, il est la lumière ! Fastoche me diras-tu. Certes, te répondrai-je, mais ce que tu dis m'évoque Lucifer, cet ange déchu pour avoir voulu chercher la connaissance et dont le nom signifie qu'il transtorte la lumière, le savoir. AVIGNOOOOON !!! MALHEUR A MOI ! JE TRANSGRESSE !!!!!!!!!
    En tous cas, je crois que lucici aurait été mon pote et ce dont je suis sûre c'est que je me serais battue pour le défendre.

    Pardon Mathilde, je transgresse et une fois de plus, je digresse. Mais quand est ce que je dégraisserai ?????????

    Mdp : sytic. Beau comme un nom de fleur inachevé ou comme une attitude conceptuelle : aujourd'hui, je me sens sytic et c'est cool !

    RépondreSupprimer
  4. J'ai failli parler du diable dans cette publication pour justement faire allusion à ce qu'une nouvelle fois tu fais très bien ici, mais comme la transgression n'est pas forcément mon truc je me suis abstenue du pire, enfin jusqu'à présent, sans savoir combien de temps je peux tenir sans tomber du côté des forces obscures, car la nuit et ses diablesses propositions peuvent être aussi tentantes parfois.
    Je ne me vois pas non plus avec des chapeaux dont les dentelles risqueraient de dépareiller avec quelques unes de mes tenues un peu excentriques, même si je m'efforce à un grand classissisme actuellement pour justement transcender la folie qui me guette à chaque coin de rue ensoleillée ou non, et ce, je pense depuis ma naissance.
    J'essaie d'étouffer le trop plein de passion qui a tendance à déborder et laisser des traces pas toujours effaçables, même avec le temps, et ce n'est pas la chanson de Léo Ferré qui me consolera de certaines images, de certaines sensations anciennes ou nouvelles et qui ne se détachent pas de moi.
    Marcher à l'ombre est peut-être le plus sur moyen de ne pas choper un coup de bambou sur la tête, tout en saluant gaiment l'astre protecteur.

    RépondreSupprimer
  5. Matilda
    Vivo en Sudamérica, y como dices las Culturas Andinas, Así Somos amantes del "Inti", Astro Rey ... Incaico Tanta Tanta belleza nuestra energía y seguridad para nuestras y transmiten sembrados Cosechas, es un círculo de energía y gracia con El Universo .. . Obviamente, no estoy de acuerdo con su uso indiscriminado, por los Daños causados en la piel.
    Un abrazo para ti, desde un soleado de Santiago de Chile.

    RépondreSupprimer
  6. Taty Cascada, c'est toujours un immense plaisir d'avoir votre chaleur qui se dépose à chaque fois par ici ! Vous êtes une particule d'astre solaire, mais rien d'étonnant vu le pays où vous habitez ! Un fuerte abrazo.

    RépondreSupprimer
  7. bonjour chère Mathilde oui le soleil c'est la fondation de notre existence physique et spirituelle où la lumière devienne la lumière de l'esprit...

    blague-mais en tout cas Mathilde je porte les manches longue en l'été pour couvrir ma peau ew monsieur soleil loup en déguise.

    Votre blog c'est comme une belle chanson pleine de rire et de beauté.

    RépondreSupprimer
  8. Quel beau compliment ! Je suis rouge chaperon et comme je ne suis pas très grande...

    RépondreSupprimer
  9. Je partage la plupart des idées exprimées dans votre beau billet solaire, Mathilde et comme vous, je ne comprend pas l'engouement dangereux que certains de nos congénères ont pour se transformer pendant des heures en merguez grillées, des deux côtés, en plus...
    J'aime le soleil pour sa lumière, pour l'énergie irremplaçable qu'il offre à tous les êtres vivants qui en ont besoin, pour les arcs-en-ciels qu'il nous offre, pour ses levers et ses couchers aux allures féériques, pour sa place dans les histoires humaines mais pas pour les cloques...

    Certains ont chanté un jour "Let the sunshine in"... A nous de choisir comment!

    RépondreSupprimer
  10. Et a priori, deux fois plutôt qu'une !

    RépondreSupprimer
  11. Epamin : vous ne savez pas le plaisir que vous me faites en citant "let's the sunshine in" une chanson des Poppys que j'écoutais en boucle étant petite, et comme je n'ai pas grandi j'écoute toujours (on ne rigole pas dans les rangs s'il vous plait). Elle fait d'ailleurs partie de ma sélection de musique en haut à droite sur deezer et contrairement à ce que tout le monde croit ce n'est pas de Julien Clerc, il leur a piqué ce n'est pas pareil ! Non mais ! Un peu de clarté de temps en temps ne fait de mal à personne et ça tombe bien vu le sujet, non ? !

    RépondreSupprimer